Rechercher
  • Paul KABUDOGO RUGABA

L’insouciance de la communauté internationale ou le refus de l’application de ses résolutions


L’insouciance de la communauté internationale ou le refus de l’application de ses résolutions face à l’épuration ethnique contre les Banyamulenge en RDC ?


Les Généraux FARDC avec les mains trempées dans le sang des mères Banyamulenge sur leurs mains

Au sens classique du terme, une armée est un service public qui a pour objet d’assurer, par l’entretien ou l’emploi de forces organisées, la protection des personnes et de leurs biens ainsi que des intérêts d’un État.

Cependant, ceci ne s’applique point dans les Hauts-Plateaux du Sud-Kivu où les Banyamulenge sont quotidiennement endeuillés par l’armée RD congolaise. Ce que les militaires déployés dans la région faisaient en collaboration avec milices locales et étrangères depuis près de cinq ans, ils le font avec la supervision et la bénédiction des généraux Patrick Opia et Yav Philémon présents sur le lieu depuis le 10 Juin 2021. Ces généraux sont respectivement commandant des opérations de la 12ème brigade d’intervention rapide et commandant de la 3ème zone militaire. Le tabassage meurtrier le 16 Juin 2021 par des FARDC ayant fait 13 blessés parmi les mamans Banyamulenge[i] en marche pacifique pour réclamer la sécurité s’est transformé en bain de sang par le L. Gen. Yav Philemon. En un seul jour, le 30 Juin 2021, 5 personnes dont quatre mamans et un homme tous Banyamulenge ont succombé par balles tirées à bout portant par la même armée.[ii]

Mais des sources sur place renseignent que des semaines avant ce massacre, les FARDC sur place à Minembwe avaient multiplié des insultes selon lesquels ils vont ‘exterminer ces espèces d’occupants étrangers’ en parlant des Banyamulenge.

Il va de soi que ce génocide planifié contre les Banyamulenge devient manifestement réel et se concrétise tellement de sorte que certains de ses commanditaires ne peuvent plus le dissimuler. Point n’est besoin de démonter la responsabilité des FARDC tant décriée par les victimes car cette armée républicaine vient de démontrer son rôle dans l’épuration ethnique en cours quand le Général Bob commandant provincial de l’armée, en visite officielle à Minembwe depuis le 20 Juin 2021, demande pardon à son arrivée aux mamans malmenées par les hommes de troupes de la 112eme brigade . Le rappelle illico du Général Yav Philémon à Kinshasa par sa hiérarchie après que sa mission de la paix s’est muée (on ne sait pas par quels démons de la haine ethnique) en tuerie ciblant ces mamans en marche pacifique, est un élément majeur prouvant cette implication.

Le sang des mères et grands-mères Banyamulenge et de leurs progénitures assassinées par les FARDC continue de couler à flot[iii]. Il crie sur les collines, dans les villages comme dans les champs. Il est impossible de consoler les bébés traumatisés pleurant à gros sanglots, lesquels ne reverront plus jamais leurs géniteurs tués fusillés par des militaires de l’armée républicaine. Les enfants sont privés du visage, du regard, de la voix, de soins et de l’affection de mères, éléments fondamentaux qui représentaient pour eux les premiers supports de leur identification dans leur pays, la RDC.

Il est difficile de savoir à quel niveau se situe cette conspiration dont les Banyamulenge sont victimes eu égards à la non-assistance de ces personnes en danger et aux visites improductives en cascade des responsables politiques, représentants de l’ONU et commandants militaires. Personne n’écoute ces victimes malgré les multiples cris de détresse lancés à l’ONU et à la Communauté Internationale depuis le début de cette épuration ethnique en 2017.

Vital Kamerhe, alors directeur de cabinet du Président, dirigeait une forte délégation à Minembwe. Celle-ci était porteuse du message de paix et de solidarité de la part du Président de la RDC, Son Excellence Tchilombo aux sinistres des conflits. La Somme de 550.000 dollars promise pour venir en aide aux déplacés internes des conflits est resté lettre morte[iv].

En date du 20 Septembre 2020, le chef d’Etat-major général des FARDC, Le Général Célestin Mbala Munsese a effctué une visite de travail de quelques heures pour s’enquérir de la situation sécuritaire des moyens et hauts plateaux et compatir ainsi avec la population victime des atrocités de l’activisme des groupes armés. A son retour de mission, Mbala a confié le général Yav Philémon la mission de traquer les inciviques qui sèment l’insécurité dans les hauts-plateaux du Sud Kivu pour permettre à toutes les tribus de vivre ensemble dans la paix[v].. Le voilà, Yav rappelé à Kinshasa le 30 Juin 2021 après avoir echoué la mission lui confié[vi].

Toutes ces visites, et bien d’autres non énumérées, n’ont point amélioré la situation sécuritaire sur le terrain, moins encore apporté l’assistance humanitaires aux sinistrés des conflits.

Et où est le Dr. Denis MUKWEGE ? le nobelisé de la paix 2018, le seul que la RDC a, et qui l’a été grâce aux femmes du Kivu violentées par les troubles et guerres interminables. S’il a encore la conscience dans son âme, il connait le pourquoi de son silence cimetière, et le jugement sera juste à la fin de la route.


Insouciance des Nations Unies, une grande brèche entre ses résolutions et leurs applications

Sans plaidoirie et loin de la couverture médiatique, cette communauté abandonnée sur elle-même a l’impression qu’elle est trahie par son gouvernement et laissée pour compte par la communauté internationale. Cette attitude froide et insouciante face aux désastres quotidiens suscite beaucoup de questions chez les victimes : pourquoi les Nations-Unies n’honorent par leurs engagements de protéger cette communauté sous menace du génocide ? Qu’attend l’ONU et la communauté internationale pour qu’elles s’impliquent effectivement pour honorer leurs engagements ? Que faut-il pour que les Nations-Unies et la communauté internationale appliquent leurs résolutions face au génocide flagrant ?

A titre d’exemple, le mercredi 4 septembre 2019, Jean-Pierre Lacroix, le Secrétaire Général Adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix, s’est rendu à Minembwe, une visite qui a conclu sa mission de travail au Sud-Kivu[vii]..

La MONUSCO, a dirigé une mission conjointe à Minembwe ce 7 novembre 2019 pour évaluer la situation en matière de protection des civils[viii].

Et toutes ces visites ont-elles eu pour quels résultats et quelle en fut la suite ? Les sinistrés et les restent toujours sans assistances, ni du gouvernement congolais ni de l’ONU, moins encore celle des humanitaires. Les conditions sécuritaires vont du mal en pis.

La présence en spectatrice de la MONUSCO qui n’a jamais dénoncé les bévues des FARDC et les attaques des milices locales (Mai-Mai) et burundaises (RED-Tabara, FOREBU, FNL-Palipehutu) contre les Banyamulenge dont elle est témoins laisse perplexes ces derniers qui se posent sans réponse la question de savoir quand et par qui prendra fin ce nettoyage ethnique leur injustement imposé.

Lors du Sommet mondial de 2005[ix], pour ne se référer qu’à celui-ci, tous les chefs d’État et de gouvernement membres de l’ONU ont affirmé la responsabilité de protéger les populations du génocide, des crimes de guerre, du nettoyage ethnique et des crimes contre l’humanité. La responsabilité de protéger repose sur trois piliers égaux : la responsabilité de chaque État de protéger ses populations (pilier I) ; la responsabilité de la communauté internationale d’aider les États à protéger leur population (pilier II) ; et la responsabilité de la communauté internationale de protéger lorsque, manifestement, un État n’assure pas la protection de sa population (pilier III).

Conclusion

Nous demandons à l’ONU et à la communauté internationale pour qu’elles effectivement s’impliquent pour honorer leurs engagements de protéger les citoyens Banyamulenge du génocide et les rétablir dans leurs droits.


Minembwe, 6 Juillet, 2021

Mwumvira Aimable


Références

[i]https://www.campaignforpeacedrc.com/post/le-lieutenant-g%C3%A9n%C3%A9ral-yav-phil%C3%A9mon-%C3%A0-minembwe-une-mission-qui-accouche-d-un-bain-de-sang [ii] https://www.campaignforpeacedrc.com/post/le-lieutenant-g%C3%A9n%C3%A9ral-yav-phil%C3%A9mon-%C3%A0-minembwe-une-mission-qui-accouche-d-un-bain-de-sang [iii] https://www.campaignforpeacedrc.com/post/semaine-de-visite-des-g%C3%A9n%C3%A9raux-%C3%A0-minembwe-semaine-du-sang-qui-coule-%C3%A0-flot [iv] https://congoprofond.net/rdc-a-minembwe-vital-kamerhe-a-preche-la-reconciliation/?fbclid=IwAR34YLS8SlNV2u_aNrEE0Ro4s-MSQFQOMMvZ-y096JGWLN68BTkYJD4IQDo [v] http://www.faapa.info/blog/sud-kivu-le-commandant-de-la-3eme-zone-de-defense-des-fardc-appele-a-mettre-fin-a-lactivisme-des-groupes-armes-dans-les-hauts-plateaux-de-minembwe/ [vi] https://www.campaignforpeacedrc.com/post/le-lieutenant-g%C3%A9n%C3%A9ral-yav-phil%C3%A9mon-%C3%A0-minembwe-une-mission-qui-accouche-d-un-bain-de-sang [vii] https://monusco.unmissions.org/jean-pierre-lacroix-%C2%ABla-monusco-tr%C3%A8s-engag%C3%A9e-pour-aider-la-province-du-sud-kivu%C2%BB [viii] https://peacekeeping.un.org/fr/sud-kivu-une-equipe-onusienne-en-mission-conjointe-devaluation-minembwe [ix] https://www.un.org/fr/chronicle/article/la-responsabilite-de-proteger

128 vues0 commentaire