Rechercher
  • Paul KABUDOGO RUGABA

La rencontre avec Mukwege, une démarche qui se solde par de la poudre aux yeux

Dernière mise à jour : 20 nov. 2020

Après avoir reçu d’innombrables messages d’indignation contre sa récente prise de position dans le conflit qui ravage les Hauts et Moyens-Plateaux de Mwenga, Fizi et Uvira, le Dr. Mukwege a ébloui par des fausses apparences.

En effet, à l’issue de la rencontre entre Mukwege et deux notables Banyamulenge présents à Bukavu, un compte-rendu, assorti de recommandations de nature à éclairer sur ce qu’on qualifierait de malentendus a été promptement partagé sur les réseaux sociaux. Un compte-rendu qui circulait pendant que Dr. Mukwege prépare, à sa manière, son communiqué en forme invective qu’il n’hésitait pas d’intituler « message d’appelle à la paix ». Il n’échappe pourtant à personne que par cette nouvelle sortie, le Prix Nobel de la Paix a brillé par sa capacité à opérer la diversion. Une manœuvre visant l’aveuglement de l’opinion plutôt que sa tonitruante fausse invitation à la recherche de la vérité ! Parjure et foutage de gueule qui virent à l’insolence et au mépris total.

Dr. Mukwege n’est pourtant pas dupe et ne reste pas moins astucieux dans sa démarche. En parlant de massacre à Kipupu, information par ailleurs contredite par la partiale mission d’enquête de députés provinciaux sur le terrain, l’artificier de la stratégie de victimisation sait pertinemment qu’il s’est livré dans une prise de position qui tranche avec la conduite digne d’un Prix Noble de la Paix. Que sa renommée et son notoriété sont de facto entachées. Il se devait alors de trouver un moyen de détourner l'attention de ceux qui se posent déjà de questions sur la crédibilité de ses déclarations, en orientant le centre du débat autour de sa sécurité personnelle. Une sécurité qu’il dit « menacée » par ceux qui ont eu courage d’exprimer leur doute sur ses propos !

Par cette rhétorique, Dr. Mukwege a encore éberlué par sa subtilité dans l’art du tapage et de la manipulation. Sa stratégie continuera-t-elle à porter ses fruits. « Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se brise » dit-on.

Kinshasa, le 31 juillet 2020

Mukulu Le Patriote

16 vues0 commentaire