Rechercher
  • Paul KABUDOGO RUGABA

MINEMBWE: ENCORE DES VISITEURS INDESIRABLES

DÉNONCIATION


La société civile constate avec regret que certains membres du gouvernement provincial du SUD-KIVU, au-delà de ce qui se dit dans les discours politiques, leurs actes témoignent qu'ils ont d'autres visées et serviraient d'autres intérêts inavoués et non pour ceux de la population moins encore pour le développement durable et la cohésion sociale entre les communautés, surtout en cette période où cette la partie de la province, particulièrement les Hauts Plateaux de Fizi ,Mwenga et Uvira, est en proie aux attaques de la coalitions de milices Mayimayi et les rebelles burundais. Au lieu d'apporter assistance à la population victime des conflits, au lieu d'encourager les agents de l'état qui y travaillent dans des conditions sécuritaires très précaires; ils décident de nous traumatiser davantage par leurs correspondances non motivées, sélectives, inopportunes et sans intérêt selon les analystes. Nous devons donc préciser, avant de donner le détail sur ce point que la population des hauts plateaux de Minembwe qui a beaucoup souffert des conflits armés t 6 ans durant, (et ce, malheureusement sans aucune assistance du gouvernement provincial mériterait une attention particulière de la part des autorités provinciales.


Voici maintenant certaines des correspondances qui énervent la population de Minembwe :

1. Le Ministre provincial de l’EPST a, dans sa lettre numéro 262/ GP-SK/MINIPRO/EDUC/J/C/SL/2022 de ce 27 juillet 2022 recommandé au Directeur provincial de l'EPST SUD-KIVU 2 de préparer les enseignants de la seule sous-division de Fizi 5 ( Minembwe) pour un contrôle physique qui doit s'effectuer en urgence et ce au sein des écoles publiques que conventionnées. Pourquoi quelle bonne raison ce contrôle doit s'effectuer pendant les vacances ? Nous savons tous que les enseignants qui travaillent à Minembwe proviennent de tous les coins de la province voire du pays, actuellement tout le monde est chez soi, même ceux qui résident à Minembwe ne sont pas obligés de rester sur place pendant les vacances à mon humble avis; plus encore le ministre a bien précisé que les absents ne s’en prendront qu'à eux-mêmes. (Cette menace à beaucoup choqué les esprits des habitants de Minembwe)

Pourquoi une seule sous-division est concernée ( Fizi 5) tandis que Fizi 1, Fizi 2, Fizi 3 et Fizi 4 ne sont pas visées ? Cette décision n'est-elle pas discriminatoire ? Pourquoi initier un contrôle qui ne couvre pas toute l'étendue sous la juridiction du gouvernement provincial?

Voilà certaines des questions que l'on se pose à Minembwe.

Ce qui inquiète beaucoup, c’est parce qu’une telle mesure n'est pas la première du genre. Dans sa lettre numéro 01/747/ CAB/ GOUPRO-SK/2021 datée du 30 juillet 2021 le Gouverneur de province du Sud-Kivu avait instruit à monsieur GADI MUKIZA NZABINESHA ( sans précision sur la fonction du destinataire, donc le Bourgmestre de la commune de Minembwe) à procéder à la remise et reprise avec le chef de secteur de Lulenge et que la gestion de cette agglomération ( pour ne pas prononcer le nom « commune » alors que les textes légaux de notre pays sont clairs là-dessus) soit assurée par ce dernier.

Aux yeux de la population de Minembwe ces deux correspondances doivent être entendues comme puisées dans une même source, à savoir, l’idéologie ségrégationniste et genocidaire qui gagraine actuellement le pays. Une telle discrimination ne saurait pas se justifier autrement. Des pareils gestes administratifs sont pris en considération et les conséquences qui en découlent n’ont fait que déstabiliser les entités administratives de base, insécuriser la population et freiner ainsi le développement durable de . La société civile recommande donc aux autorités de notre province ce qui suit :

1. Travailler pour la paix et la cohésion sociale en faveur de toute la population du sud-kivu ;

2. Considérer la commune de Minembwe au même titre que d'autres entités administratives créées par un même arrêté ministériel ;

2. Traiter les habitants de Minembwe sans discrimination, et donc au même pied d'égalité que les habitants des autres entités ;

3. Revoir tous les actes administratifs disproportionnels décidés contre la seule entité de Minembwe.


Fait à Minembwe, ce 29 juillet 2022.

Pour la société civile noyau de Minembwe, Ruvuzangoma Rubibi Saint-Cadet Président.

12 vues0 commentaire