Rechercher
  • Paul KABUDOGO RUGABA

KIBUKILA TETEZI, UN MAI-MAI QUI SE SUBSTITUE AUX FARDC

Dans son éditorial paru le 08 janvier 2021, le journal ACTUALITE.DC a largement fait échos d’une série de vidéos relayées par la chaine YouTube « La voix du Kivu », qui n’est autre que le principal canal de communication de la milice MAI-MAI (Biloze-Bishambuke) et la caisse de résonnance sur laquelle son chef, le général autoproclamé Kibukila Tetezi bâtit sa célébrité et sa légitimité. Bien entendu, par ses appels aux actes criminels contre les membres de la communauté Banyamulenge – victimes de la haine tribale et cible des contestations xénophobes de plus en plus virulentes - qu’il qualifie d’étrangers et d’occupants illégaux de « ses » terres !

A travers le lien YouTube estampillé « Auto-défense MAI-MAI sur le front pour la libération du Congo », on découvre ces vidéos riches de révélations, mais aussi pleines des divagations qui, par ailleurs, invitent tout citoyen à une plongée dans l’actuel univers sombre des Hauts-Plateaux de Fizi, Itombwe et Uvira, ainsi que la tourmente qui la traverse depuis le déclenchement des premières attaques MAI-MAI en 2017. Dans ses vidéos qui annoncent un désastre en préparation contre ceux qu'elles qualifient des "occupants illégaux", Kibukila souffle le chaud et le froid. Il flatte ses qualités patriotiques, vante ses capacités militaires à déloger les « étrangers » et renseigne sur ses nouveaux plans d’assauts imminents contre ces « ennemis du pays ». Mais pour autonomiser son action et dissimuler la fausseté de ses déclarations sur sa puissance de feu devant une dizaine de ses combattants qu’il donne pour rouleau compresseur, il veut s’assurer du soutien de la première institution de l’Etat. Mais là aussi, il ne s’embarrasse pas de scrupules et même d’invectives à l’endroit de l’Etat-major des FARDC contre lequel il s’arroge le pouvoir d'évaluer et de critiquer la supposée incapacité à accomplir la mission de neutraliser les groupes armés, oubliant que Biloze Bishambuke dont il est le chef, fait aussi partie de ces derniers. Par ses subtiles arguties, il se fait passer pour un substitut convenable et légitime des FARDC. Il le fait savoir ouvertement jusqu'à vouloir séduire le Chef de l'Etat par ses ambitions, pour le moins démesurées, à vouloir courageusement redresser les troupes loyalistes tout en espérant puiser sa légitimité au cœur de la crise sociopolitique qui règne dans le pays. Un message d’un chef de guerre - aux allures du « partenaire privilégié du Chef de l’Etat en matière de sécurité » - qui semble être reçus plutôt avec enthousiasme qu’indignation, tellement rien n’est fait pour décourager les funestes velléités de ce patriote de mauvais goût, et moins encore, contre son canal de communication !

***


Quand le monstre échappe à son créateur


Voilà plus de trois ans que cela dure, tout au moins officiellement, que les éléments FARDC en expédition dans ces montagnes de FIZI sont mis en cause pour leur implication dans le soutien aux miliciens MAI-MAI dans la guerre qu’ils livrent contre les Banyamulenge depuis Avril 2017.

Point n'est besoin de mentionner que les MAI-MAI sont une milice dont les sous-groupes s'identifient par leurs chefs ou par leurs appartenances ethniques ou tribales. Une milice qui se fonde sur le chaos, et notamment sur le pillage des biens, la destruction des villages, des écoles, des églises et des centres de santé. Une milice qui bâtit sa gloire sur la propagande noire, la désinformation et l’idéologie anti-tutsie congolais. Mais contrairement aux autres milices et groupes armés actifs en RDC, les MAI-MAI de Fizi sont souvent identifiés comme des partenaires militaires des FARDC. En réalité, sauf pour les experts dont les rapports d’enquêtes sur le sujet ne sont pas à la portée du grand public, la provenance des approvisionnements réguliers en matériels militaires (armes et munitions) pour les MAI-MAI restaient toujours un mystère, n’eussent été les révélations contenues dans cet article. Seule bonne nouvelle, il y a lieu de croire qu’au niveau local, leur alliance traverse une zone de turbulence.

En effet, l’intrépidité avec laquelle Kibukila s’adresse au Chef de l’Etat cache mal son sentiment de désaveu de paternité par les éléments FARDC. La rhétorique sur l’occupation étrangère et/ou la balkanisation étant devenue cette brousse qu'il faut traverser pour aller tuer la population civile (hommes, femmes et enfants) à Minembwe et voler leurs vaches, l’intensification des attaques par les MAI-MAI, suivies de la surexploitation des bêtes par ce nouveau mode de braconnage qui s’intéresse aux espèces domestiques font que celles-ci, habituellement fournies en quantité industrielle et partagées, comme butins de guerre, entre MAI-MAI et FARDC deviennent de plus en plus rares.

Par conséquent, les FARDC semblent ne plus enthousiastes à distribuer les armes et minutions à ces braconniers modernes. Bien entendu, non pas par souci pour la sécurité des civils en danger, mais parce que la réserve animale est à son point d’épuisement. Kibukila n’est donc plus en mesure de remplir sa part du « deal » et devra désormais compter sur l’appui du Chef de l’Etat pour poursuivre son aventure et couper ainsi les ponts à ceux qui ont longtemps servi, avec satisfaction, ses fiches de réquisition.


Kinshasa, le 12 Janvier 2021


Mukulu Le Patriote

131 vues0 commentaire