Rechercher
  • Paul KABUDOGO RUGABA

Minembwe et Beni: deux massacres, deux auteurs


Le premier est situé dans la province du Nord Kivu alors que le second est situé dans la province du Sud-Kivu. Depuis quelques années, les deux entités connaissent chacune un conflit qui compte des centaines des milliers de morts. Cependant, le conflit de Beni attribué aux miliciens ADF-NALU se passe sous les projecteurs de caméras des journalistes locaux, nationaux et internationaux. Les médias telles que la RFI et la BBC couvrent quotidiennement le conflit. Leurs reportages attirent l'attention du monde sur ce qui se passe. Un état de siège y a été décrété et le président de la république y a installé sa résidence pour suivre de près la conduite des opérations menées par les FARDC et bientôt avec l'appui des armées régionales (Kenya, Rwanda et Ouganda). La guerre que mènent les ADF-NALU crée une insécurité généralisée sans cibler une quelconque ethnie.

Minembwe et les Hauts Plateaux sont situés dans l'intersection des territoires de Mwenga, Fizi et Uvira. Depuis 2017, la région vit une guerre cachée, loin des caméras et médias locaux et internationaux: une épuration ethnique bien conçue et exécutée intelligemment. Le premier stade consistait en un encadrement de la coalition Maï-maï et rebelles burundais de Red Tabara par les FARDC contre les Banyamulenge. Le deuxième stade qui vient de passer à la vitesse supérieure est celui dans lequel les militaires des FARDC tuent en plein jour les civils banyamulenge. La dernière opération commencée le 30 juin 2021, a été supervisée en personne par le Lieutenant Général Philémon Yav, commandant de la 3ème zone de défense des FARDC. Le bilan est lourd: 4 femmes banyamulenge dont l'une enceinte et un enseignant de 30 ans. Le général Yav était arrivé à Minembwe quelques jours avant avec les armes lourdes pour mener la dernière opération sous la supervision du commandant suprême des FARDC selon ses propres déclarations. Rien ne pouvait l'arrêter car, selon ses dires, il devait accomplir parfaitement la mission lui confiée par le président. Les images macabres des femmes massacrées ayant fait le tour de la toile ont changé le plan de l'opération selon les analystes.

On se souviendra que c'est le lieutenant général Yav Philémon qui avait organisé la réunion de la coalition Maïmaï en janvier 2021 à Goma. Au cours de cette rencontre, il a promis un appui logistique et financier aux miliciens Maïmaï et les rebelles de Red Tabara pour qu'ils en finissent avec la question Banyamulenge avant la fin du mois de février 2021. Une Somme de 2 millions de dollars fut mobilisée pour encadrer cette opération y compris la rémunération mensuelle des miliciens Maïmaï!

L'épuration ethnique contre les banyamulenge est un plan conçu par les extrémistes congolais et exécutée par les officiers supérieurs des FARDC notamment les généraux Mundos Akili, Muhima Dieudonné, Yav Philémon, Gaby Boswana...

Beni et Minembwe vivent deux massacres mais deux auteurs. Pour le premier les auteurs sont les ADF-NALU combattus par les FARDC alors que pour le second les massacres sont commis par les FARDC: Col Katembo, Général Muhima, Gén Mundos et le Superviseur Gén Philémon Yav en toute impunité. Espérons qu’un jour cette vérité et ces crimes seront reconnus par le gouvernement congolais comme il vient de le faire au Kasai avec le phénomène Kamuena Nsapu.


Par Nkundinka Emmanuel

43 vues0 commentaire