Rechercher
  • Paul KABUDOGO RUGABA

Les Banyamulenge vendus aux enchères ?

Les Banyamulenge vendus aux enchères ? La RDC - une nation qui dresse un « four crématoire » pour rôtir sa propre population


Où va la République Démocratique du Congo ?

A-t-elle perdu sa valeur d’une nation au point de non-retour ? Comment lui arrive-t-elle de se substituer au four crématoire dressé pour rôtir sa paisible population ? A-t-elle, au profit de qui, vendu aux enchères les Banyamulenge, une partie de sa population dont les crépitements des balles de la fusillade des groupes armés antagonistes sont devenus à leurs oreilles une cantonade quotidienne désagréablement meurtrières ?


Toujours des questions sans réponses !

Si l’anarchisme est encore mal compris chez plusieurs, il suffit de se référer à la RD Congo qui en est un bel et bien un triste exemple, pour avoir le tableau d’un état dont on ne sait pas et/ou s’il ne sait pas lui-même ce qui lui tient à cœur ! Un système politique en panne où le désordre, le chaos et la corruption ont élu domicile, un état déréglé dont les gouvernants et l’armée, habitués à la discrimination et l’oppression de sa propre population, le déclarent publiquement et le font en toute l’impunité. Un pays gangréné par des conflits inépuisables, où l’armée et les politiciens populistes entretiennent des milices aussi bien locales qu’étrangères pour détruire sa population. Telles sont les caractéristiques de la classe politique et militaire RD congolaise, qui n’a point des qualités. Nous le disons sans honte de se tromper et mettons au défi celui qui nous prouvera le contraire.


Les Banyamulenge sont-ils vendus aux enchères, au bénéfice de qui ?

Une situation en prélude d’un massacre à grande échelle couve à Minembwe depuis le 11 juin 2021. C’est le titre d’un message d’alerte produit en date du 17 Juin par Manangabure. Dans ce message l’auteur rapporte, avec image à l’appui, comment la situation sécuritaire qui était déjà précaire dans les hauts plateaux de Minembwe se dégénère davantage, à la suite des arrestations arbitraires dont le cas le plus récent est celui d’incarcération dans un conteneur de Monsieur Rutebuka, de sa femme Peninah et de leur nourrisson de 12 mois.

Si un four crématoire est dressé pour réduire en cendres le corps des êtres humains et des animaux, les Généraux déployés à Minembwe lui ont trouvé un substitut : c’est le fameux conteneur asphyxiant que les généraux Gaby Botswane et Patrick Opio ont hérité du Général Muhima Dieudonné, érigé pour tuer asphyxié tout Munyamulenge qui revendique ses droits à la vie ou oppose la résilience au génocide dont ils sont planificateurs.

Ce conteneur surnommé de mort a déjà fait victime dans la passée : Mr Mukiza Alexis mort en date de 10/03/2021 privé d’oxygène, avec le même prétexte : ils sont membres de Twirwaneho, l’auto-défense civile de Banyamulenge.

Les femmes poursuivant paisiblement leur sit-in devant les environs de la 12eme brigade ainsi que les abords de la piste d’atterrissage pour réclamer l’arrêt des arrestations arbitraires, la libération de cette famille et leur nourrisson se voient envahies par des militaires surarmés. Elles ont été tabassées à mort. Plusieurs sont gravement blessées, cotes écrasées par les militaires, les autres tombent en syncope sous les coups de matraques et des bousculades ordonnés par le Généraux Gaby Botswane et Patrick Opio. Cela se passe devant les témoins onusiens de la MONUSCO qui campent à quelques mètres du lieu et dont un avion de ravitaillement essayant en vain d’atterrir puisque le piste d’atterrissage était investi par les mamans en marche.

Voici la liste des mamans blessées tabassées, administrées à l’hôpital de Minembwe et leurs villages respectifs :

1. Narukundo Namucyo âgée de 45 ans de Gakenge

2. Namatungo Rose âgée de 70 and de Kiziba

3. Nagitamu Elisée âgée and de Kiziba

4. Nyampundu Rahab âgée de54 ans de Madegu

5. Niyigena Francine âgée de 58 ans de Gisoke

6. Nanzaninka Nambonwa âgée de 42 ans de Gishigo

7. Namugisha Solange âgée de 32 ans de Kalingi

8. Nankunzi Namahoro âgée de 50 ans de Gahwera

9. Nantore Deborah âgée de 60 ans de Runundu

10. Nakirindo Jeanne âgée de 33 ans de Kiziba

11. Nanduhura Aimée, âgée de 39 ans de Runundu

12. Natibura Marsiana âgée de de 73 ans de Muriza

13. Nabigondo Ngelina


Etat sécuritaire actuel des Banyamulenge

Evincés sur plus de 90% de leur territoire qu’ils ont été forcés d’abandonner avec tant de victimes, dépossédés de leur biens et bétail, cette communauté RD congolaise se voit à bord du gouffre d’extermination planifiée par un réseau de génocidaires dont les acolytes connus sous le label des milices Maï-Maï et les groupes armés burundais (RED-TABARA, FOREBU et FNL) s’identifient comme travaillant pour le compte du gouvernement RD congolais du fait de l’appui qu’ils ont toujours bénéficié des FARDC, tant décrié par les victimes mais en fin confirmé par le (Rapport final du groupe d’experts sur la République Démocratique du Congo, du 10 Juin 2021, page 37-38, paragraphes 144).

Comme si les atrocités commises par les miliciens locaux et étrangers contre les Banyamulenge aux Sud-Kivu depuis quatre ans ne suffisaient pas, les militaires ainsi que leurs commandements successifs (hier le Général Muhima Dieudonné, aujourd’hui les Généraux Gaby Botswane et Patrick Opio) sont prêts à tous les excès contre cette population innocente. Les acteurs changent mais le jeu reste le même. Et le plus effroyable caractère de leur perversité, c’est qu’ils ont érigé en principe, viols, pillage, arrestations arbitraires, le harcèlement, le brigandage, l’assassinat, etc. qui s’ajoutent au bilan des atrocités de leurs miliciens auxiliaires.

Que dire de l’armée toujours au côté d’une seule partie ? une armée qui héberge, arme lourdement et donne le passage au assaillants Maï-Maï et leurs collaborateurs d’un côté et qui s’en prend violemment aux civiles qui tentent désespérément de se défendre ? L’argument de port illégal d’arme ne s’applique que sur la communauté victime !

Au regard de cette collaboration entre les FARDC et les ouvriers du mal, il est difficile de comprendre par quel miracle ces Mai-Mai, rebelles traditionnels contre tous les régimes de la RDC depuis son accession à l’indépendance, sont maintenant devenu auxiliaires de l’armée loyale en place, laquelle leur laisse libre cours pour perpétrer les exactions contre cette communauté qui n’a ni la force ni l’intention de nuire.

Le méchant a beau vous confisquer vos droits et votre liberté, mais il ne le pourra perpétuellement. Vous les recouvrez au moment établi par la justice ou la nature.


Recommandation

Cette énième alerte s’adresse à la communauté internationale, notamment l’ONU, l’UE, l’UA, les Pays de la Région des Grands Lacs Africains et ceux de la Communauté Est-Africaine en vue de solliciter votre implication directe pour stopper ce plan macabre de génocide contre ces paisibles citoyens de la RDC devenu la cible des milices locales et étrangères, et des éléments des FARDC.

Juin 18, 2021

Dr. Rutazuyaza Vaillant Byizigiro

Enseignant d’Université et Chercheur



Reference


  1. (https://www.campaignforpeacedrc.com/post/une-situation-en-pr%C3%A9lude-d-un-massacre-%C3%A0-grande-%C3%A9chelle[accessed, June 18th 2021])

  2. (Rapport final du groupe d’experts sur la République Démocratique du Congo, du 10 Juin 2021, page 37-38, paragraphes 144).

  3. https://www.campaignforpeacedrc.com/post/au-del%C3%A0-de-l-histoire-%C3%A9crite-il-y-a-une-vraie-in%C3%A9dite-partie-i [accessed, June 19 2021])


1,067 vues2 commentaires